Architecture vernaculaire : les traditions locales rencontrent le design régénérateur

Vernacular architecture inspires holistic and sustainable building practices and a regenerative approach to design in the 21st century.
Table
  1. L'architecture vernaculaire inspire des pratiques de construction holistiques et durables et une approche régénératrice du design au 21e siècle.
  2. La sagesse durable des bâtiments vernaculaires
  3. Avantages en matière de durabilité et de résilience
  4. Un catalyseur pour la qualité de vie
  5. Un catalyseur pour les économies locales
  6. Relocaliser pour l'avenir
  7. Intégrer l'ancien et le nouveau


L'architecture vernaculaire inspire des pratiques de construction holistiques et durables et une approche régénératrice du design au 21e siècle.

Alors que le changement climatique nous oblige à changer notre façon de vivre et de construire nos maisons, l’architecture vernaculaire suscite un regain d’intérêt. Les bâtiments vernaculaires sont construits en utilisant des traditions, des matériaux et des techniques locales profondément ancrées dans le lieu. Alors que l’architecture moderne a adopté des matériaux standardisés et des systèmes centralisés, l’architecture vernaculaire offre des leçons intemporelles sur la manière dont l’architecture peut soutenir durablement les personnes vivant dans divers climats. À une époque de crise et de transformation climatiques, l’intégration d’idées vernaculaires dans l’architecture du 21e siècle peut conduire à une conception plus holistique et régénératrice.

La sagesse durable des bâtiments vernaculaires

Partout dans le monde, l’architecture vernaculaire répond ingénieusement aux conditions locales en s’appuyant sur des siècles de connaissances accumulées. Les constructeurs s’approvisionnent en matériaux renouvelables locaux comme la terre, la pierre et le bois, qui ont une faible énergie grise. Les maisons exploitent des éléments naturels comme le soleil, le vent et la végétation pour offrir un confort passif via des cours, d'épais murs en terre et des ouvertures stratégiques.

Le tissu social se renforce à mesure que les communautés partagent leurs connaissances et contribuent au travail collectif. Les bâtiments évoluent au fil des générations pour répondre aux besoins changeants des familles. Cette philosophie dynamique et durable contraste avec une grande partie de l'architecture contemporaine qui repose sur des matériaux à forte intensité de carbone, des systèmes mécaniques complexes et des conceptions insensibles au lieu.

L'architecture vernaculaire montre une incroyable compréhension du climat, des conditions locales et des matériaux. Historiquement, les bâtisseurs vernaculaires ont forgé une relation intime avec le paysage et le climat, lisant les panneaux et comprenant ce que l'environnement offre. Ces dialogues de construction diversifiés et basés sur le lieu avec la nature se sont développés au fil des siècles à travers les biorégions. Ils impliquent une approche profonde des besoins humains au-delà du simple abri.

Voir également : Sumu Japon : Architecture régénérative.

Avantages en matière de durabilité et de résilience

Divers aspects de l’architecture vernaculaire offrent des solutions durables pour un monde en évolution :

  • Les matériaux locaux et naturels ont une faible énergie intrinsèque, nécessitent peu de transformation et évitent les transports à forte intensité de carbone. L’utilisation des ressources locales fait circuler l’argent dans les communautés.
  • Les systèmes passifs de chauffage, de refroidissement, de ventilation et d’éclairage naturel ne nécessitent aucune énergie fossile et résistent aux perturbations.
  • Les quartiers traditionnels à usage mixte et à haute densité réduisent l’étalement urbain et les émissions liées aux transports.
  • La réutilisation adaptative et les durées de vie multigénérationnelles signifient moins de nouveaux bâtiments à forte intensité de carbone.
  • Le partage des connaissances communautaires favorise la coopération et maintient le développement des compétences au niveau local.
  • La diversité biorégionale fournit des exemples vivants d’adaptation au climat.

À mesure que l’empreinte carbone et les coûts énergétiques augmentent, l’architecture vernaculaire présente des voies abordables et peu technologiques pour réduire les émissions et renforcer la résilience des communautés.

Un catalyseur pour la qualité de vie

L’architecture vernaculaire ne se limite pas à des mesures de durabilité quantifiables : elle nourrit également la vitalité sociale et l’expression culturelle. Selon l'architecte Anna Heringer, qui utilise les principes vernaculaires en Asie et en Afrique, « construire avec les gens développe les compétences et ravive le sentiment de communauté. Cela renforce la durabilité sociale. Les quartiers traditionnels mélangent organiquement les usages et les activités quotidiennes centralisées au sein de tissus urbains accessibles à pied. Les espaces publics partagés cultivent l’identité locale et les liens sociaux. Il y a une authenticité satisfaisante et un lien avec le patrimoine.

Associer cette planification centrée sur l’humain avec des équipements modernes appropriés peut créer des lieux de vie sains et dynamiques. Comme le soutient la militante Helena Norberg-Hodge, le recours à des idées vernaculaires permet « aux personnes et à l’environnement bâti de trouver un équilibre optimal avec la nature, même si le développement a lieu ».

Un catalyseur pour les économies locales

Les systèmes de construction localisés peuvent également stimuler et faire circuler la richesse au sein des communautés. L'écologiste Bill McKibben déclare : « Les bases de l'économie sont locales : production locale, énergie locale, maintien local des services de la nature comme l'eau propre. » Les anciens villages agraires à forte densité étaient presque autosuffisants. Aujourd’hui, les quartiers peuvent s’appuyer sur la sagesse vernaculaire pour incuber des entreprises locales, favoriser les métiers, adopter la circularité et sortir du piège de l’épuisement des ressources. L’inclusion de systèmes d’énergie renouvelable de quartier ajoute à la résilience tout en gardant l’argent dans la communauté.

Relocaliser pour l'avenir

En tant qu'écrivain sur le développement durable Michael Bauwens note : « Le 21e siècle exige que la production soit « relocalisée », afin qu'elle ait lieu aussi près du point de demande que cela est écologiquement viable. Les émissions liées aux transports peuvent être réduites en s’approvisionnant en nourriture, en matériaux, en produits et en services au niveau régional. Un mélange de tradition et d'innovation appropriée peut répondre aux besoins humains à l'échelle du bâtiment et du quartier tout en minimisant l'empreinte carbone.

Architecte Kévin Hart note que les établissements vernaculaires durables « reposent sur une auto-organisation ascendante » contrairement au développement urbain centralisé. La conception conjointe d’améliorations avec les communautés peut permettre aux citoyens de façonner leur environnement immédiat et le monde au-delà.

Intégrer l'ancien et le nouveau

Les projets contemporains les plus inspirants intègrent habilement les éléments vernaculaires aux nouvelles technologies. Par exemple, l'architecte Anna Heringer combine la ventilation naturelle, le refroidissement passif et des matériaux locaux comme la boue et le bambou avec des voûtes en béton léger ou une récupération moderne de l'eau de pluie. D'autres projets mélangent des façades vertes, du verre intelligent, des enduits écologiques et des panneaux solaires avec des configurations traditionnelles.

L'architecte Mariana Alvarez évoque la langue vernaculaire non pas comme une esthétique mais comme un ensemble de stratégies. Elle déclare : « Vous pouvez invoquer des systèmes passifs très efficaces ainsi que des technologies actives comme le photovoltaïque. "Il s'agit de réinventer la langue vernaculaire pour l'époque dans laquelle nous vivons."

En fin de compte, l’architecture vernaculaire incarne une sagesse intemporelle en matière d’orientation des conceptions autour du climat, de la communauté et de l’écologie locale. Alors que le monde s’urbanise et recherche un avenir plus durable, ces idées anciennes – réinterprétées dans la perspective du 21e siècle – peuvent façonner de manière positive la façon dont les gens vivent et se connectent avec le monde naturel qui les entoure.

Le plus lu :

Go up