Astuce pour le sommeil : des chercheurs de Stanford débloquent une autonomie électrique de plus de 1 000 km avec une sieste sur batterie

Astuce pour le sommeil : des chercheurs de Stanford débloquent une autonomie électrique de plus de 1 000 km avec une sieste sur batterie
Table
  1. Découverte de Stanford
  2. Technologie lithium métal vs lithium-ion
    1. Le problème de la dégradation
    2. La solution repos et déchargement
  3. Applications pratiques


Les batteries au lithium métal pourraient doubler l’autonomie des véhicules électriques, mais les batteries actuelles se dégradent rapidement en cours de fonctionnement. Des chercheurs de Stanford ont découvert que la durée de vie de la batterie peut être améliorée en la laissant simplement déchargée pendant plusieurs heures.

Des chercheurs de l’Université de Stanford ont découvert que la durée de vie de ces batteries peut être considérablement améliorée en les laissant simplement au repos dans un état déchargé pendant plusieurs heures.

Découverte de Stanford

Cette approche simple, documentée dans une étude publiée le 7 février dans la revue Nature, non seulement restaure la capacité de la batterie mais améliore également ses performances globales.

Nous recherchions le moyen le plus simple, le plus économique et le plus rapide d’améliorer la durée de vie utile du cycle du lithium métal.

Wenbo Zhang, co-auteur principal de l'étude et doctorant en science et ingénierie des matériaux à Stanford.

Technologie lithium métal vs lithium-ion

Contrairement aux batteries lithium-ion conventionnelles, qui utilisent une anode en graphite et une cathode en oxyde métallique de lithium, les batteries au lithium métal remplacent le graphite par du lithium métallique électrodéposé. Cette modification leur permet de stocker deux fois plus d'énergie dans le même espace et d'avoir un tiers d'énergie en plus par kilo.

Le problème de la dégradation

Le cycle continu de charge et de décharge fait que les batteries au lithium métal perdent rapidement leur capacité à stocker de l'énergie, en raison de la formation de « lithium mort » isolé au sein de la matrice SEI (interface solide-électrolyte), un problème sérieux pour leur utilisation. pratique dans les véhicules électriques.

La solution repos et déchargement

L'enquête a révélé que le fait de laisser la batterie au repos dans un état déchargé dissout une partie de la matrice SEI, permettant ainsi au « lithium mort » de se reconnecter à l'anode. Ce processus inverse la perte de capacité et prolonge la durée de vie de la batterie, une découverte qui peut être mise en œuvre en reprogrammant le logiciel de gestion de la batterie sans frais supplémentaires.

Applications pratiques

La faisabilité de cette solution dans des conditions de conduite réelles est élevée, étant donné que le conducteur américain moyen passe environ une heure au volant chaque jour. Cette stratégie, qui ne nécessite pas de techniques de fabrication coûteuses ni de nouveaux matériaux, pourrait signifier une avancée considérable dans la durée de vie des véhicules électriques équipés de batteries au lithium métal.

La découverte de Stanford offre des perspectives optimistes pour l’adaptation commerciale des batteries au lithium métal dans les véhicules électriques, promettant de doubler leur autonomie et de résoudre le problème de leur dégradation rapide. Cette avancée représente une étape importante vers la durabilité des transports, marquant une étape importante dans l’évolution des véhicules électriques.

Via Actualités Stanford

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux. Merci!

Le plus lu :

Go up