Des chercheurs australiens inventent des « batteries à eau » recyclables qui ne prennent pas feu et n’explosent pas

Des chercheurs australiens inventent des « batteries à eau » recyclables qui ne prennent pas feu et n’explosent pas
Table
  1. Développement de batteries à eau
    1. Technologie et matériaux
    2. Avancées et potentiel du stockage d’énergie
    3. Applications potentielles
    4. Collaboration et assistance


Une équipe internationale de chercheurs et de collaborateurs industriels, dirigée par l'Université RMIT, a développé des « batteries à eau » recyclables innovantes qui ne prennent pas feu et n'explosent pas.

Ces batteries, situées à l'avant-garde des dispositifs de stockage d'énergie aqueux, présentent des avancées significatives qui améliorent leurs performances et leur durée de vie. Le professeur distingué Tianyi Ma, chercheur principal, met en évidence l'utilisation de l'eau pour remplacer les électrolytes organiques, éliminant ainsi les risques d'incendie et d'explosion associés aux batteries lithium-ion actuelles. Ce développement représente non seulement une avancée technologique, mais répond également aux défis d'élimination en fin de vie des batteries, permettant un démontage et une réutilisation ou un recyclage des matériaux en toute sécurité.

Les batteries lithium-ion dominent actuellement le marché du stockage d’énergie en raison de leur maturité technologique. Cependant, leur adéquation au stockage d’énergie à grande échelle sur le réseau électrique est limitée par des problèmes de sécurité liés aux matières volatiles qu’ils contiennent. Dans ce contexte, il devient nécessaire de trouver des alternatives plus sûres et plus durables.

Développement de batteries à eau

Technologie et matériaux

Les batteries à eau, ou batteries aqueuses à ions métalliques, utilisent de l'eau pour remplacer les électrolytes organiques, facilitant ainsi la circulation du courant électrique entre les bornes positives et négatives sans risque d'incendie ou d'explosion. Ces batteries utilisent des matériaux tels que le magnésium et le zinc, abondants dans la nature, peu coûteux et moins toxiques, réduisant ainsi les coûts de fabrication et les risques pour la santé humaine et l'environnement.

Avancées et potentiel du stockage d’énergie

L’équipe a surmonté d’importants défis technologiques, notamment la croissance de dendrites perturbatrices, en recouvrant les parties concernées de la batterie d’une couche protectrice de bismuth et de son oxyde. Cette avancée a permis aux batteries de durer considérablement plus longtemps, ce qui les rend comparables aux batteries lithium-ion commerciales en termes de capacité et de durée de vie. De plus, la conception de ces batteries a été intégrée avec succès aux panneaux solaires, démontrant un stockage efficace et stable des énergies renouvelables.

Applications potentielles

Les batteries à eau sont idéales pour les applications à grande échelle, telles que le stockage sur réseau et l'intégration des énergies renouvelables, grâce à leurs considérations de sécurité. À mesure que la technologie progresse, des applications à plus petite échelle se profilent également à l’horizon, comme l’alimentation électrique des maisons et des appareils de divertissement.

Collaboration et assistance

Le développement continu des batteries à eau est réalisé en collaboration avec le partenaire industriel GrapheneX et soutenu par des recherches évaluées par des pairs, un financement gouvernemental et l'engagement de l'industrie. Cette collaboration mondiale comprend des experts d'universités et de centres de recherche de renommée mondiale, facilitant le partage des connaissances et l'accès à des installations de pointe.

Via Les nouvelles batteries à eau restent froides sous pression – Université RMIT

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux. Merci!

Le plus lu :

Go up