Des chercheurs espagnols inventent une méthode très économique pour réparer les panneaux solaires photovoltaïques

Des chercheurs espagnols inventent une méthode très économique pour réparer les panneaux solaires photovoltaïques
Table
  1. Nouvelle technique de réparation de modules photovoltaïques : une solution innovante à un problème courant
  2. La technologie au service de la durabilité
  3. Contribution à l'économie circulaire et à l'avenir de l'énergie solaire


Des scientifiques espagnols ont développé de nouvelles méthodes pour réparer les barres omnibus défectueuses des panneaux solaires. Des approches qui, en plus d'être économiques, pourraient permettre de prolonger la durée de vie utile des modules.

Dans le cadre d'une avancée récente dans le domaine de l'énergie solaire, des chercheurs du Laboratoire Photovoltaïque du CIEMAT ont dévoilé une méthode innovante qui permet de localiser et de réparer efficacement les défauts des modules photovoltaïques. Cette découverte, publiée dans la prestigieuse revue « Renewable Energy », représente non seulement un grand pas vers l'optimisation de la maintenance de ces appareils mais promet également une réduction significative des coûts et de l'impact environnemental associés à leur fonctionnement et leur cycle de vie.

Nouvelle technique de réparation de modules photovoltaïques : une solution innovante à un problème courant

L'article, intitulé "Réparation des interruptions des barres omnibus en ruban dans les modules photovoltaïques à l'aide d'un emplacement d'interruption non intrusif«, détaille une méthode non intrusive qui identifie et répare les interruptions dans les connexions entre les cellules des modules photovoltaïques, l'un des problèmes les plus courants de ces systèmes. L'importance de cette recherche réside dans son potentiel à réduire considérablement le temps, les efforts et l'argent nécessaires pour détecter et résoudre ces défauts, qui nécessitaient jusqu'à présent des techniques plus invasives et plus coûteuses.

La technologie au service de la durabilité

L'étude a été financée par l'Agence Nationale de Recherche et réalisée par une équipe de l'Unité d'Energie Solaire Photovoltaïque du Département de l'Energie de la CIEMAT. Les chercheurs ont réussi à réparer un module complètement endommagé, tandis que dans deux autres cas, ils ont réussi à multiplier par quatre la puissance produite après réparation. De plus, la méthode a restauré l'isolation électrique des modules, soulignant le potentiel de cette technique pour améliorer l'efficacité et la sécurité des systèmes photovoltaïques.

La méthodologie utilisée est basée sur l'utilisation de dispositifs de localisation faciles à utiliser, rapides et économiques, auparavant utilisés dans des secteurs tels que la téléphonie et l'électricité, mais jamais auparavant dans l'énergie solaire photovoltaïque. Cette approche facilite non seulement les réparations, mais représente également une étape importante vers la réduction des déchets générés par les modules photovoltaïques en offrant une alternative viable à l'élimination ou au recyclage des modules endommagés.

Contribution à l'économie circulaire et à l'avenir de l'énergie solaire

Cette découverte fait partie du projet « Circularité des systèmes PHOTOVOLtaïques par le Recyclage, la Réparation et la Réutilisation des modules photovoltaïques » (FOTOVOL3R), dont l'objectif est de promouvoir la circularité dans l'industrie photovoltaïque. La recherche suggère que la réparation et la réutilisation des modules peuvent jouer un rôle crucial dans la prolongation du cycle de vie de ces composants, en s'alignant sur les principes de l'économie circulaire et en minimisant l'impact environnemental.

La publication dans «Énergie renouvelable» souligne non seulement le succès de la technique développée, mais établit également une base solide pour les recherches futures dans le domaine de la durabilité de l'énergie solaire photovoltaïque. Alors que la production croissante de déchets issus des modules photovoltaïques représente un défi mondial, cette étude souligne la nécessité d'une approche collaborative et durable pour assurer l'avenir de l'énergie solaire.

L'adoption de cette technique de réparation innovante promet non seulement d'améliorer l'efficacité et de réduire les coûts de maintenance des systèmes photovoltaïques, mais également de contribuer de manière significative à la durabilité environnementale et à l'économie circulaire dans l'industrie de l'énergie solaire.

Via www.ciemat.es

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux. Merci!

Le plus lu :

Go up