Lancement du premier parc solaire public de Nouvelle-Zélande

Lancement du premier parc solaire public de Nouvelle-Zélande


Le premier parc solaire public du pays a commencé à produire de l'électricité moins de quinze jours après qu'un gouvernement régional ait bloqué un parc solaire encore plus grand de 88 MW.

Le développeur néo-zélandais d'énergies renouvelables Lodestone Energy a annoncé la semaine dernière que le parc solaire de Kaitaia de 39,4 MW, situé à la pointe nord de l'île du Nord, avait commencé à produire de l'électricité. Il s'agit de La première ferme solaire à l'échelle commerciale de Nouvelle-Zélande.

L’adoption de l’énergie solaire en Nouvelle-Zélande n’a pas suivi la même trajectoire que chez son voisin trans-tasmanique, l’Australie. Selon la New Zealand Electricity Authority, en octobre 2022, seuls 43 641 systèmes solaires étaient installés dans tout le pays, totalisant 240 MW.

Comparez l’Australie, qui compte au dernier décompte plus de 3,4 millions d’installations sur les toits et plus de 100 systèmes solaires à l’échelle commerciale.

La construction du parc solaire de Kaitaia a débuté au début de l'année et comprend plus de 60 000 panneaux photovoltaïques qui produisent 56 GWh d’énergie par an.

Les panneaux solaires sont surélevés à plus de 2 m du sol pour permettre la poursuite du pâturage des moutons et la croissance potentielle de certaines cultures.

Ce projet marque le début d'une nouvelle ère énergétique en Nouvelle-Zélande.

Kaitaia est le premier parc solaire de cette taille et constitue une étape clé pour aider la Nouvelle-Zélande à atteindre ses objectifs climatiques. C'est également d'une importance cruciale pour nos clients, qui ont passé un contrat avec nous pour atteindre leurs propres objectifs en matière d'énergie durable.

Gary Holden, PDG de Lodestone Energy.

Lodestone développe également d'autres parcs solaires, notamment le parc solaire Edgecumbe de 32 MW, en cours de construction. Les autres projets inscrits au calendrier de Lodestone incluent Waiotahe, Whitianga et Dargaville.

Cependant, alors que Lodestone s'approchait de la première production d'électricité à Kaitaia, le conseil du district de Mackenzie et Environnement Canterbury ont refusé l'autorisation de construire un parc solaire de 88 MW.

Le projet, proposé par Andrew et Karen Simpson, de la station Balmoral, près du lac Tekapo, s'est heurté à l'opposition de l'Environmental Defence Society au motif qu'il menaçait la biodiversité indigène.

Les trois commissaires qui ont supervisé la demande s'inquiétaient de la façon dont les plantes indigènes pourraient survivre à l'ombre et à l'abri des panneaux solaires. Apparemment, les experts craignaient qu'avec la poursuite du pâturage des moutons, les plantes exotiques finissent par dominer la région et anéantir les plantes indigènes.

Les commissaires ont conclu que le parc solaire «contribuerait à la perte cumulative de la biodiversité terrestre dans le bassin du Mackenzie«.

L'énergie solaire ne représente qu'une petite partie des futurs projets d'énergies renouvelables de la Nouvelle-Zélande, l'Autorité de l'électricité prévoyant qu'entre 1 % et 6 % de l'électricité du pays proviendra de l'énergie solaire d'ici 2035.

Via lodestoneenergy.co.nz

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux. Merci!

Le plus lu :

Go up