Le capteur auto-alimenté innovant du MIT récupère l'énergie de l'air

Le capteur auto-alimenté innovant du MIT récupère l'énergie de l'air
Table
  1. Innovation dans les capteurs auto-alimentés par l'énergie magnétique
    1. Autonomie et efficacité énergétique
    2. Facilité d'installation et d'entretien
    3. Défis surmontés dans la conception
    4. Applications et avenir du capteur


Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology ont développé un capteur capable de récupérer l’énergie de son environnement sans avoir besoin d’une batterie ou d’une connexion filaire.

Innovation dans les capteurs auto-alimentés par l'énergie magnétique

Des chercheurs du MIT ont développé un capteur sans pile capable de fonctionner de manière autonome, en exploitant l'énergie magnétique de son environnement. Cette avancée représente une avancée majeure dans la technologie des capteurs, notamment pour une utilisation dans des endroits difficiles d’accès.

Autonomie et efficacité énergétique

Conçu pour ne nécessiter aucune pile ni connexion électrique spéciale, le capteur est idéal pour les endroits difficiles d'accès, comme à l'intérieur des machines lourdes. Cet appareil est capable de collecter de manière autonome des données sur la consommation d'énergie et le fonctionnement des machines sur de longues périodes.

La clé du capteur réside dans sa capacité à récupérer l’énergie du champ magnétique présent dans l’air autour d’un fil électrique. En plaçant simplement le capteur autour d'un fil, il commence à collecter et à stocker de l'énergie, qu'il utilise ensuite pour surveiller des paramètres tels que la température du moteur auquel il est connecté.

Facilité d'installation et d'entretien

Steve Leeb, professeur de génie électrique et d'informatique au MIT, souligne la facilité d'installation du capteur grâce à sa capacité à être alimenté par l'énergie ambiante. Daniel Monagle, étudiant diplômé du MIT et auteur principal de l'étude, note que la conception du capteur est une solution pratique et réalisable, qui pourrait inspirer d'autres à développer leurs propres capteurs autonomes.

Défis surmontés dans la conception

Pour développer ce capteur, les chercheurs ont surmonté plusieurs défis techniques :

  • Démarrage à froid : Le système peut activer ses composants électroniques sans tension initiale, stockant de l'énergie jusqu'à atteindre un seuil nécessaire à son fonctionnement.
  • Stockage et conversion efficaces de l’énergie : Sans utiliser de batteries, le système utilise des condensateurs pour stocker l'énergie dans un champ électrique entre des plaques conductrices, optimisé pour stocker l'énergie nécessaire et éviter de longs temps de charge.
  • Gestion intelligente de l'énergie : Des algorithmes ont été développés pour mesurer et gérer l'énergie collectée, stockée et utilisée, garantissant ainsi un fonctionnement efficace du capteur.

Applications et avenir du capteur

Le capteur, qui peut actuellement mesurer la température et envoyer des données à un smartphone via Bluetooth, présente un potentiel pour un large éventail d'applications dans les usines, les entrepôts et les espaces commerciaux. De plus, sa conception polyvalente lui permet de s'adapter à différentes sources d'énergie comme les vibrations ou la lumière du soleil.

John Donnal, professeur agrégé à l'Académie navale américaine, souligne le potentiel de ces systèmes dans la surveillance des machines navales, où l'accès à l'énergie est limité et où les capteurs traditionnels nécessitent une infrastructure supplémentaire coûteuse.

L’équipe du MIT prévoit d’explorer des méthodes de transmission de données moins gourmandes en énergie, telles que l’optique ou l’acoustique, et d’améliorer la modélisation des flux d’énergie. Cette recherche optimise non seulement les performances des capteurs, mais ouvre également la porte à une surveillance plus efficace et moins intrusive dans divers environnements industriels et commerciaux.

Via mit.edu

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux. Merci!

Le plus lu :

Go up