Les nouvelles technologies peuvent rendre les biocarburants moins chers et plus écologiques que le pétrole

Les nouvelles technologies peuvent rendre les biocarburants moins chers et plus écologiques que le pétrole
Table
  1. Le défi de la lignine
  2. Technologie CELF
  3. Avantages économiques et environnementaux.
  4. Impact sur la production de biocarburants.
  5. L'avenir des biocarburants et du CELF


Une nouvelle technologie de prétraitement de la biomasse appelée CELF facilite et rend plus écologique la décomposition de matières végétales difficiles et complexes en carburant utilisable.

La production de biocarburants est confrontée à un défi majeur : la difficulté de décomposer les matières végétales de manière rentable et neutre en carbone. Cependant, une nouvelle étude révèle qu’en introduisant un produit chimique renouvelable dans l’étape de prétraitement, il est possible de surmonter cet obstacle, ouvrant ainsi la porte à une production efficace et durable de biocarburants de nouvelle génération.

Le défi de la lignine

La lignine, composant clé des parois cellulaires végétales, leur confère une plus grande intégrité structurelle et une plus grande résistance aux attaques microbiennes. Or, ces mêmes propriétés rendent complexe l’extraction et l’utilisation de la biomasse.

L'utilisation de la lignine est la clé pour obtenir ce que nous attendons de la biomasse de la manière la plus économique et écologique possible.

Charles Cai, professeur agrégé à UC Riverside.

Technologie CELF

Pour relever ce défi, Cai a développé le CELF (fractionnement lignocellulosique amélioré par co-solvant), une technologie innovante de prétraitement de la biomasse. Le CELF utilise du tétrahydrofurane (THF) avec de l'eau et de l'acide dilué pendant le prétraitement, améliorant ainsi l'efficacité globale et ajoutant des capacités d'élimination de la lignine. Plus particulièrement, le THF lui-même peut être produit à partir de sucres de biomasse.

Avantages économiques et environnementaux.

Une étude publiée dans Sciences de l'énergie et de l'environnement détaille comment une bioraffinerie CELF offre des avantages économiques et environnementaux significatifs par rapport aux carburants à base de pétrole et aux méthodes de production de biocarburants précédentes. Selon cette étude, l’utilisation de biomasse dense telle que le peuplier dans une bioraffinerie CELF pourrait permettre la production de carburant d’aviation durable à un prix d’équilibre aussi bas que 3,15 dollars par gallon d’équivalent essence.

Impact sur la production de biocarburants.

Cette avancée représente non seulement une étape importante pour la production de biocarburants de deuxième génération, utilisant de la biomasse non comestible telle que les déchets de bois, la bagasse de canne à sucre ou la tige de maïs, mais elle a également le potentiel de remplacer 30 % de la consommation de pétrole aux États-Unis, créant ainsi une emplois et réduction des émissions de carbone.

L'avenir des biocarburants et du CELF

Fort d'un récent succès, le ministère américain de l'Énergie a accordé aux chercheurs une subvention de 2 millions de dollars pour construire une usine pilote CELF à petite échelle à l'UC Riverside. Il s’agit d’une étape importante vers un investissement à plus grande échelle dans cette technologie, susceptible d’offrir une alternative viable aux combustibles fossiles.

La technologie CELF représente une avancée majeure dans la production de biocarburants, offrant une voie rentable et neutre en carbone pour leur production. Ce développement a non seulement le potentiel de révolutionner l’industrie des biocarburants, mais aussi de contribuer de manière significative à la lutte contre le changement climatique.

Via Bord de la rivière UC

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux. Merci!

Le plus lu :

Go up