Maersk présente « Laura », le premier porte-conteneurs au monde dédié au bioéthanol

Maersk présente « Laura », le premier porte-conteneurs au monde dédié au bioéthanol
Table
  1. Vers une navigation plus durable
  2. Caractéristiques du «Laura»
  3. Pourquoi le biométhanol ?
  4. Production de biométhanol : le projet espagnol


Dans une démarche vers la durabilité, Maersk, le géant danois du transport maritime, a introduit le le premier porte-conteneurs au monde propulsé au biométhanol. L'événement de présentation, qui a eu lieu dans le port de Copenhague, était présidé par Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, qui a baptisé le navire du nom de « Laura ».

Vers une navigation plus durable

Après avoir vendu sa division pétrolière à TotalEnergies en 2017, Maersk s'est fixé un objectif ambitieux : atteindre la neutralité carbone d'ici 2040. La « Laura » symbolise une avancée significative dans cette direction, car, selon Maersk, elle permettra de réduire les émissions de CO.2 de 100 tonnes par jour par rapport à un navire similaire propulsé par des combustibles fossiles.

Caractéristiques du «Laura»

Ce navire de pointe a été construit en Corée du Sud par Hyundai Heavy Industries (HHI). Malgré sa taille relativement petite, le « Laura » a la capacité de transporter 2 136 conteneurs EVP de 20 pieds. Sa conception comprend un moteur bicarburant et il devrait commencer ses opérations dans la mer Baltique en octobre.

Pourquoi le biométhanol ?

Vincent Clerc, PDG de Maersk, a souligné lors de la cérémonie d'inauguration qu'ils avaient choisi le méthanol vert comme carburant car il s'agit de la seule solution évolutive qui répond aux exigences de zéro émission nette de carbone. Le biométhanol, ou « e-méthanol », est produit à partir de dioxyde de carbone (CO2) déchets et «hydrogène vert«, obtenu grâce aux énergies renouvelables.

Dans le monde, le transport maritime émet plus de polluants que le transport aérien. C'est pourquoi Maersk, le leader mondial du transport maritime de conteneurs, a commandé au cours des deux dernières années 25 navires fonctionnant au méthanol vert. 19 de ces navires devraient être opérationnels d’ici 2025, permettant à l’entreprise de réduire ses émissions annuelles de dioxyde de carbone d’environ 2,3 millions de tonnes.

Production de biométhanol : le projet espagnol

Dans sa quête pour stimuler l'utilisation du méthanol vert, Maersk a entrepris un vaste projet en Espagne, avec le soutien du gouvernement espagnol. Ils prévoient d'établir deux sites de production, avec pour objectif de produire deux millions de tonnes de biométhanol par an d'ici 2030. De plus, Maersk a des plans d'expansion pour établir cinq à six sites de production dans le monde.

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux. Merci!

Le plus lu :

Go up