Nouvelle méthode révolutionnaire qui promet d’accélérer et de rendre l’extraction du lithium plus durable

Nouvelle méthode révolutionnaire qui promet d’accélérer et de rendre l’extraction du lithium plus durable
Table
  1. Moins d'espace, plus d'efficacité
  2. Comment ça marche?
  3. De la théorie à la pratique


La manière traditionnelle d’extraire le lithium des eaux souterraines saumâtres est un processus long et fastidieux, nécessitant de grands bassins d’évaporation et des délais allant de plusieurs mois à plusieurs années. Cependant, une équipe dirigée par le professeur Z. Jason Ren de l'Université de Princeton a développé une méthode révolutionnaire qui promet d'accélérer et de rendre plus écologique cette tâche.

Moins d'espace, plus d'efficacité

Les techniques traditionnelles d’obtention du lithium impliquent l’utilisation de vastes étendues de terre pour les bassins d’évaporation, et ces opérations doivent être réalisées dans des zones spécifiques aux climats arides et aux riches gisements de saumure de lithium. Mais ce procédé d'extraction innovant, qui utilise des cordes constituées de fibres de cellulose torsadées, promet de réduire le besoin en terres de 90 % et est réalisable dans un large éventail d'endroits, même là où de modestes quantités de saumure de lithium sont présentes.

Comment ça marche?

Les chaînes, constituées de fibres poreuses, comportent un noyau hydrophile (attirant l'eau) entouré d'une surface hydrophobe (repoussant l'eau). Ceux-ci sont placés sur des réservoirs remplis de saumure, et par capillarité, le liquide remonte dans les fibres, facilitant l'évaporation de leur contenu aqueux au contact de l'air. Résultat : les chaînes sont recouvertes de cristaux de chlorure de lithium et de chlorure de sodium, qui peuvent être collectés manuellement. De plus, grâce à la solubilité différentielle, des cristaux de lithium se forment en haut et des cristaux de sodium en bas, évitant ainsi le mélange.

De la théorie à la pratique

L'équipe a mis sa théorie en pratique avec un système à 100 chaînes, cherchant à optimiser davantage son efficacité. De plus, ils ont créé une société dérivée, PureLi Inc, dans le but de commercialiser cette technologie.

Le co-auteur de l’étude, le Dr Sunxiang (Sean) Zheng, a décrit le processus simplement : «Notre procédé s'apparente à suspendre un bassin d'évaporation à une chaîne, nous permettant de récolter du lithium avec une empreinte spatiale considérablement réduite et avec un contrôle plus précis du procédé.«. Cette avancée pourrait marquer le début d’une nouvelle ère dans l’extraction écologique du lithium.

Via princeton.edu

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux. Merci!

Le plus lu :

Go up