"Planter l'eau de pluie", une technique ancienne pour économiser l'eau en période de sécheresse

"Planter l'eau de pluie", une technique ancienne pour économiser l'eau en période de sécheresse
Table
  1. L'inspiration d'un berger
  2. Comment fonctionne la technique ?
    1. Avantages et coûts multiples
    2. Une étape supplémentaire : planter des arbustes
  3. Un modèle à suivre


Image : sergeysikharuli – Dépôtphotos.

Planter de l’eau de pluie ? Quelle drôle d'idée ! C’est pourtant un excellent moyen de récupérer l’eau de pluie et de lutter contre les sécheresses annoncées.

L'inspiration d'un berger

Clément Damiens, berger à Champis en Ardèche, s'est retrouvé dans une situation critique en raison du besoin d'eau pour ses 500 moutons. Face à l'insuffisance des récupérateurs d'eau de pluie classiques, il a pris l'initiative de creuser des fossés sur son exploitation, créant ainsi des réservoirs naturels d'eau de pluie.

Cette idée fournit non seulement de l’eau à vos moutons, mais améliore également la qualité des pâturages grâce à l’irrigation.

Comment fonctionne la technique ?

La technique consiste à creuser des fossés qui captent l’eau de pluie avant qu’elle n’atteigne les cours d’eau.

Lors des saisons de pluies intenses, ces fossés ralentissent l’écoulement de l’eau, permettant son infiltration dans le sol et améliorant la rétention de l’eau dans les terres. Cela profite non seulement aux moutons de Clément, mais aussi à la qualité des pâturages et à la biodiversité locale.

Avantages et coûts multiples

En plus d'améliorer la disponibilité de l'eau, les douves aident à conserver l'excès d'eau dans les bassins naturels, ralentissant ainsi son écoulement dans les ruisseaux et les rivières.

Clément a investi environ 35 000 €, financés par différentes entités, pour construire ces fosses. L'efficacité de son système fut démontrée lorsque, après une forte averse, l'un des fossés déborda.

Une étape supplémentaire : planter des arbustes

Pour valoriser encore son système, Clément a planté 2 000 arbustes le long des canaux, afin d'augmenter la biodiversité, protéger les douves du vent et améliorer la rétention d'eau. Cette mesure souligne également l’importance de comprendre le cycle irrégulier des précipitations et la nécessité de stratégies adaptatives pour la gestion de l’eau.

Un modèle à suivre

Cette approche traditionnelle, adaptée aux besoins modernes, représente non seulement une solution viable pour Clément et sa communauté, mais offre également un modèle pour d'autres agriculteurs dans des situations similaires.

La technique de « plantation d’eau de pluie » est pionnière en Ardèche, mais sa pertinence et son applicabilité attirent l’attention des agriculteurs de toute la région, marquant une étape importante vers une gestion durable et efficace de l’eau à l’heure du changement climatique.

Cette technique surprenante mais efficace consiste à créer des fossés ou des canaux pour collecter et conserver l'eau de pluie, une stratégie clé pour lutter contre les sécheresses prolongées.

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux. Merci!

Le plus lu :

Go up